Bibliopolie lisable

BIBLIOLATHE. Didyme, natif d’Alexandrie, et fils d’un vendeur de poisson salé, dit Sénèque, composa jusqu’à trois mille cinq cents traités différents ; ce qui le fit nommer bibliolathe, c’est-à-dire que ses livres étaient en si grand nombre que lui-même l’oubliait.

BIBLIOPOLE. Qui vend des livres. Mon libraire n’est que bibliopole ; il ne fait rien imprimer ; il dit qu’il ne veut pas se ruiner.

BIBLIOTAPHE. Possesseur de livres rares qu’il ne veut point communiquer. Permettons à un riche d’être bibliotaphe : à sa mort, nous verrons la collection, et nous en jouirons.

BOUQUINERIE. Science d’érudit. C’est bouquinerie toute pure ; mais les érudits, en compulsant la bouquinerie ancienne et moderne, n’ont pas seulement pu découvrir l’origine de l’usage de saluer celui qui éternue. Quelle honte pour eux ! Ils montreront encore de l’orgueil !

ÉCRIVAILLERIE. Il devrait y avoir quelque coercition des lois contre les écrivains ineptes et inutiles, comme il y en a contre les vagabonds et fainéants. On bannirait des mains de notre peuple, et moi, et cent autres ; ce n’est pas moquerie. L’écrivaillerie semble être quelque symptôme d’un siècle débordé. (Montaigne)

LISABLE. L’écriture de ce manuscrit est belle et lisible, mais l’ouvrage, en vérité, n’est pas lisable. Une gazette, un journal, ne sont plus lisables six mois après leur publication.

LISEUR. On doit appeler lecteurs, ceux dont l’emploi est de lire à des personnes qui les écoutent, ou qui devraient les écouter. On doit appeler liseurs, ceux qui ne lisent que pour leur instruction ou pour leur plaisir.

LITTÉROMANIE. Il se livra tout entier à la littéromanie, sans dose suffisante de talent ; et dès lors il fut malheureux, et bientôt ridicule.

LIVRIER. J’ai fait des livres, il est vrai, mais jamais je ne fus un livrier. (J.-J. Rousseau)

LOGODIARRHÉE. Je me suis abandonné au flux de ma plume ; j’ai la logodiarrhée, et je barbouille inutilement du papier, pour vous dire des choses que vous savez mieux que moi. (Voltaire)

Louis-Sébastien Mercier.
Néologie, ou Vocabulaire de mots nouveaux, à renouveler ou pris dans des acceptions nouvelles.
1801.

Cette entrée a été publiée dans Librairie.

Un commentaire sur “Bibliopolie lisable

  1. genoveva arcaute dit :

    Charmant, vous trouvez? Como andáis profe?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s