Liber : Quid ?

LIBER : QUID ?

Liber est lumen cordis et spéculum corporis, virtutum repertorium, vitiorum confusorium, corona prudentum, diadema sapientum, honorificentia doctorum, clarificentia rectorum, comes itineris, domesticus fidelis, socius colloquentis, collega præsidentis ; vas plénum sapientiæ, via recta eloquentiæ, hortus plenus fructibus, pratum fluens floribus, mare sine fluctibus, principium intelligentiæ, fundanientum mémoriæ, hostis oblivionis, amicus recordationis ; vocatus properat jussusque festinat, rogatus respondens, fideliter obediens, contra fortunas victor atque verus tui ductor, hortus conclusus et fons signatus, puteus aquæ vivæ, paradisus absque ruina, ædificans te gnarum si reperit ignarum, nunquam patitur fastidium etsi graves eum nimium, arcana revelans et obscura clarificans.

Lucas de Penna [ca. 1325 — ca. 1390],
Calalogus gloriæ Mundi.
Genevæ, 1649.

LE LIVRE ET SES QUALITÉS

Un livre est la lumière du cœur, le miroir du corps, le répertoire des vertus, le destructeur des vices, la couronne des prudents, le diadème des sages, l’honneur des savants, l’illustration des justes, le camarade du voyage, le serviteur fidèle au logis, l’ami dans la conversation, le collègue de celui qui préside ; un vase plein de sagesse, la droite voie de l’éloquence, un jardin rempli de fruits, un pré couvert de fleurs, une mer dont les flots sont toujours calmes, le principe de l’intelligence, le fondement de la mémoire, l’ennemi de l’oubli, l’ami du souverain ; au premier appel il s’empresse, au premier ordre il accourt ; répondant à toutes les questions, fidèle dans son obéissance ; vainqueur de tous les accidents de la fortune, et ton véritable guide ; jardin entouré de murs, fontaine scellée, puits d’eau vive, paradis qui ne peut périr ; il te fait savant d’ignorant qu’il te trouve ; jamais il n’éprouve le moindre dégoût, de quelques exigences qu’on l’accable ; il révèle tous les secrets, et porte la clarté dans tout ce qui est obscur.

Lucas de Penna [ca. 1325 — ca. 1390].
Traduction de G.D.,
parue dans le Bulletin du Bibliophile,
n° 12, 3ème série, février-mars 1839.

liber quid

Cette entrée a été publiée dans Librairie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s