La Bible de Gutenberg à 42 lignes, l’un des plus anciens livres imprimés

 Ne commentons ni le prix, ni le choix d’un précédent propriétaire de la vendre feuillet par feuillet. Contentons-nous de l’admirer.

 cliquer sur l’image pour haute résolution

B42

Lot n° 14 de la vente de la Bibliothèque Guy Bechtel (ici)

BIBLE DE GUTENBERG. — Un feuillet original de la Bible latine à 42 lignes. [Mayence, Johannes Gutenberg, entre 1452-1454/1455]. Monté dans un album in-folio (environ 390 x 285 mm), maroquin bleu, titre doré sur le premier plat (Stikeman & C°). BMC, I, 17. — CIBN, B-361. — GW, n°4201. — Hain, n°3031. — Pellechet, n°2265. — Guy Bechtel, Gutenberg et l’invention de l’imprimerie, 1992. P

RÉCIEUSE RELIQUE DE LA PREMIÈRE ET CÉLÈBRE BIBLE LATINE DE GUTENBERG, dite à 42 lignes ou encore B 42. Feuillet imprimé recto et verso sur deux colonnes en caractères gothiques textura, à 42 lignes à la page. Le papier, vergé, porte le filigrane de l’un des trois papiers importés de l’Italie du Nord (plus précisément du Piémont, moulins près de Caselle) et utilisés par Gutenberg : il s’agit ici du filigrane représentant une tête de taureau surmontée d’une étoile. Le feuillet est rubriqué en rouge, avec une petite initiale E peinte en bleu au verso. Ce fragment est le feuillet 257 de l’Ancien Testament et comprend une partie du livre IV d’Esdras (Esdrae) : son texte correspond à la fin du verset 6 (et volavit sup eū.) et aux versets 7 à 58 du chapitre XIII, et aux versets 1 à 13 et au début du verset 14 (et dimitte abs te mortales) du chapitre XIV.

Rappelons que c’est au milieu du XVe siècle que Johannes Gutenberg, né peu avant 1400 à Mayence et mort dans cette ville en 1468, inventa la typographie, c’est-à-dire l’impression au moyen de caractères en métal coulé, mobiles et réutilisables. Sa Bible à 42 lignes est le premier grand livre imprimé au moyen de ces caractères. Elle est considérée comme l’un des plus beaux livres jamais sortis d’une presse et comme un monument de l’histoire du livre en Occident. On estime son tirage entre 180 et 200 exemplaires, dont une petite partie fut imprimée sur vélin.

Actuellement, 49 exemplaires, complets ou incomplets, ont survécu. Gabriel Wells, libraire de New York et possesseur d’un fragment d’une Bible de Gutenberg, avait décidé au début du XXe siècle de vendre chaque feuillet, présenté dans un portfolio de maroquin. Chacun d’entre eux est accompagné d’une introduction : A Noble fragment being a leaf of the Gutenberg Bible 1450-1455. With a bibliographical essay by A. Edward Newton. Le recto du feuillet est légèrement roussi. Petite trace de pliure à l’angle inférieur.

Estimation : 20 000 – 30 000 Euros

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s