Mots curieux du livre

Amour : Attraction de l’encre et du papier.

Andouille : Bourrelet de pâte dans une feuille de papier à la forme.

Babillard : Tout texte, écrit, journal, … que l’on considère comme bavardage. Par extension, celui qui l’écrit.

Bâtarde : Lettre cursive gothique, fin XIVe et début XVe siècle, utilisée par les premiers imprimeurs et répandue dans toute l’Europe.

Beurre : Encre d’impression. Une page beurrée est trop encrée.

Biblioclaste : Destructeur de livres.

Bibliotaphe : Celui qui cache ses livres et ne veut ni les prêter ni les montrer.

Bouillon : Invendus. Selon certains, ce mot a été utilisé après les licences d’exportation instituées par Napoléon en 1812. Celles-ci stipulaient que les armateurs français pouvaient importer des épices anglaises mais à condition d’exporter un égal chargement de produits français. Les armateurs embarquèrent des livres invendables, jetés en mer, « au bouillon », avant d’arriver en Angleterre.

Bourdon : Mot ou partie de phrase oubliée dans un texte.

Cabochon : Petite vignette gravée.

Calotte : Couvre-chef porté au XIXe siècle par les libraires et les bibliothécaires.

Chameau : Grain de colle ou de poussière laissé par le relieur entre la peau et le carton.

Chien : Lettre qui se détache d’une forme, appelée chien si elle se couche.

Déchireurs : Personnes dont la fonction était de déchirer les livres saisis par la police, avant qu’ils ne soient vendus à des cartonniers.

Drouille : Livres sans intérêt. Ce mot s’emploie pour un lot de livres et non pour un livre isolé.

Expert en livres : Expression utilisée par les bouquinistes pour caractériser un fureteur qui regarde tout mais n’achète jamais rien.

Feinte : Partie d’une page mal imprimée, restée trop pâle.

Forcer un livre : Expression qui à la fin du XVIIIe siècle s’employait lorsque le libraire, pour vendre un livre, était contraint de faire un rabais plus un crédit.

Glairer : Apprêter, c’est-à-dire répartir sur le cuir ou la toile de couverture la substance qui permettra de fixer la dorure.

Larron : Morceau de papier qui s’est malencontreusement interposé entre la feuille et la forme et crée un blanc lors de l’impression.

Marchands de salade : Nom donné par Balzac aux libraires-éditeurs établis après la suppression du brevet par la Révolution et qui, selon lui, ne savaient ni lire ni signer de leur nom.

Mouton à cinq pattes : Livre d’une grande rareté recherché par un client.

Panat, ou Panar : Livre dont la vente est très problématique et qui risque de rester très longtemps en magasin.

Singe : Nom donné au typographe recherchant les caractères dans la casse. Cette appellation est due à sa perpétuelle agitation.

Tripoteur : Client qui ouvre tous les volumes qui lui tombent sous la main, puis les referme.

Extraits du Petit Dictionnaire situé à la fin du livre d’Henri Desmars, Histoire et commerce du livre, éditions Les Amoureux des Livres, G.I.P.P.E, 1998.

Fertiaux_4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s