Fallait-il oublier Louis Boulanger, le Peintre-Poète ?

« Encore un des vaillants soldats de l’armée romantique qui est tombé loin du champ de bataille, et qui s’est éteint presque obscurément, après avoir commencé dans les éclairs et les rayons », résume Théophile Gautier. dans son Histoire du romantisme.

L’ami des écrivains

Étudiant aux Beaux-Arts, Louis Boulanger [1806-1867] rencontre un jeune auteur  qui, en 1825, n’a encore publié que des Odes et Han d’Islande.

Cette rencontre sera décisive.

Boulanger sera toute sa vie « presque à demeure » dans la maison de Victor Hugo, qui dédiera de nombreux poèmes « À Louis B. ».

Quant à Boulanger, il se lancera dans l’illustration des oeuvres d’Hugo, en commençant par La Ronde du Sabbat et Le Feu du ciel, dès 1828. L’illustration du Dernier jour d’un condamné lui vaudra d’être appelé par Jules Janin « le peintre des fantômes».

Membre du Cénacle autour d’Hugo et Nodier, il se lie avec Sainte-Beuve, Vigny, Mérimée, Musset, Balzac, Dumas, Pétrus Borel, George Sand, Aloysius Bertrand, Théophile Gautier (excusez du peu !), et réalisera des portraits de la plupart d’entre eux.

Le peintre

Boulanger triomphe au Salon  de 1827 avec Le Supplice de Mazeppa, inspiré d’un poème de Byron.

Supplice de Mazeppa

Tableau qui inspire Victor Hugo :

« Ainsi lorsqu’un mortel sur qui son Dieu s’étale,
S’est vu lier, vivant, sur la croupe fatale,
Génie, ardent coursier,
En vain il lutte, hélas ! Tu bondis, tu l’emportes
Hors du monde réel dont tu brises les portes
Avec tes pieds d’acier.
… Il traverse d’un vol, sur tes ailes de flamme
Tous les champs du possible et les mondes de l’âme,
Boit au fleuve éternel,
Dans la nuit orageuse ou la nuit étoilée.
Sa chevelure aux crins de comète mêlée
Flamboie au front du ciel…
[Odes et Ballades. 1828]

 La Mort de Bailly est par contre refusée au Salon de 1831. Il exposera aux Salons suivants, mais sans retrouver le succès de 1827.
Sauf en 1836, avec Le Triomphe de Pétrarque, toile de 8 mètres de large, destinée aux appartements du marquis de Custine, qui le dévoila sur fond d’un Nocturne joué par Chopin.
..

Triomphe de Petrarque Fragment

Mais sa Mort de Messaline avait été refusée à ce même Salon.

De 1836 à 1847, Louis Boulanger se consacre au portrait – et aux voyages, par exemple en Espagne avec Dumas, dont il illustrera Les Trois mousquetaires.

Hugo Contemplations Balzac

Il rencontrera encore un succès d’estime au Salon de 1859, certains critiques le trouvant même supérieur à Delacroix. Marié tardivement, il accepte le poste de directeur de l’École des Beaux-Arts de Dijon, en 1860, et rejoint une certaine forme d’académisme.

Un peintre-poète ?

Pourquoi Louis Boulanger est-il toujours qualifié de peintre-poète, alors qu’il n’a pas écrit un seul vers ?

L’expression est d’Alfred de Vigny qui, sur l’exemplaire de Cinq-Mars qu’il lui dédicace, inscrit :  « Au peintre-poète de Mazeppa ».  Ce qualificatif restera, également parce que de nombreux poètes, et non des moindres, versifieront à propos de ses tableaux.

Fallait-il oublier Louis Boulanger ?

C’est – comme souvent – Pierre Larousse qui donne la réponse :
« Après avoir été fêté, prôné, chanté à outrance,il y a quelque vingt ans, le triomphateur des luttes romantiques a passé à peu près inaperçu aux expositions récentes. Sa verve assurément s’est refroidie, son pinceau n’a plus de ces emportements qui faisaient jadis la joie de la pléiade; son intempérance s’est changée en sobriété ; mais on retrouve encore dans quelques- unes de ses œuvres, surtout dans ses portraits, le vaillant coloriste d’autrefois.
Et d’ailleurs, ne convient-il pas de le juger seulement sur les productions de sa première manière, qui suffisent pour lui assigner une place honorable parmi les maîtres de l’école contemporaine. »

_ _ _ _ _ _ _ _ _

13579aMARIE Aristide

La Vie et l’Art romantiques : Le Peintre Poète Louis Boulanger

Paris, Floury, 1925.

Un volume broché 26 x 20 cms à couverture rempliée. 140 pages + 70 illustrations hors texte noir et blanc et une illustration hors texte couleur non incluses dans la pagination. Un portrait couleur en frontispice. Ouvrage imprimé sur papier glacé.

Toutes petites déchirures au dos, tampon d’un précédent propriétaire en page de faux-titre, sinon très bon état. N° 1154 du tirage.

35 €

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s