Toute l’Histoire en 163 coups d’oeil

L’idée

« Comment embrasser l’incommensurable domaine de l’Histoire ?
Car nous avons aujourd’hui la légitime prétention d’être complets, de tenir tous les chaînons de l’immense chaîne du temps, et d’y rattacher tous les peuples de la terre, même ceux dont les annales sont restées jusqu’à présent dans l’obscurité et dont l’existence a été, pour ainsi dire, impénétrable pour nous.
Afin de faciliter cette tâche imposée à tout homme qui aspire à une certaine culture d’esprit, on a, dans notre Atlas historique, présenté l’histoire en raccourci. Il est comme un dessin au trait destiné à donner une idée, affaiblie, mais exacte et complète, d’un tableau de dimensions si vastes qu’on n’a pu le reproduire sans le réduire considérablement.
Soumis à une réduction analogue, cet ouvrage semble ramener l’histoire à la chronologie, comme on fait la plupart de ses précurseurs.
Mais qu’on y regarde de près, et l’on y trouvera, nous l’espérons, cette continuité, cet enchaînement de causes et d’effets, et même un grand nombre de ces détails d’un ordre intellectuel et moral qui sont l’essence de l’histoire et qui lui donnent le caractère d’enseignement dont nous avons parlé. »

Ainsi Jean-Henri Schnitzler [1802-1871] présente-t-il son ouvrage dont le titre complet (et à rallonge) indique bien la démarche : Atlas Historique et Pittoresque de l’Histoire Universelle, disposée en tableaux synoptiques embrassant à la fois les faits politiques, religieux, littéraires et artistiques, et illustrée de planches, ouvrage fondé par J. Baquol, continué sur le même plan depuis l’an 1000 et augmenté d’introductions, de répertoires, etc.

C’est effectivement Jacques Baquol [1813-1856], rédacteur d’un localement célèbre et toujours prisé Dictionnaire géographique, historique et statistique du Haut et du Bas-Rhin, qu’il publia à compte d’auteur en 1851, qui avait eu l’idée d’élargir son sujet à la planète entière. Mais il disparut bien avant l’achèvement de ce travail, le tome concernant le Moyen-Âge n’ayant paru, en premier, qu’en 1859.

C’est donc Jean-Henri Schnitzler, historien et statisticien, qui se chargea de la réalisation et de l’amélioration de l’ensemble, la première série des trois volumes couvrant l’ensemble de l’histoire de l’humanité jusqu’en 1850 n’étant publiée qu’en 1860.
Deux ans plus tard, Schnitzler proposa d’ailleurs un quatrième volume, mais ne couvrant que la décennie 1850-1860.

Les Prédécesseurs

L’idée de résumer l’histoire sous forme de frises chronologiques est loin d’être nouvelle. On connait par exemple une Chronologie ou tableau synoptique de l’histoire universelle, depuis la création du monde, sous forme de rouleau de parchemin de 12 m de long, datant de la fin du XVe siècle (description ici)

Mais ce n’est pas le record de longueur : Une Chronologie ou tableau synoptique de l’histoire universelle, depuis la création du monde jusqu’au commencement du XVIe siècle, datant de 1520, figure sur un parchemin qui ne mesure pas moins de 32,70 m. (détails ici)

Modernité, maniabilité, qualité

Diderot et D’Alembert modernisèrent ce principe de représentation synthétique dans le Système Figuré des Connaissances Humaines qui illustrait leur Encyclopédie, et ne s’appliquait plus à des événements historiques.

Baquol et Schnitzler procédèrent encore différemment. Certes, ils reviennent  à l’Histoire, mais étendent son domaine bien au-delà d’une simple chronique événementielle et poussent à leur paroxysme les nouvelles techniques de mise en page qu’avaient initiées des professeurs de l’École Royale Militaire comme Edme Mentelle, ou des mathématiciens comme Condorcet.

Tout d’abord, des siècles avant l’invention du tableau Excel, ils n’hésitent pas à faire figurer en ligne les dates de référence, et en colonnes classées par continents ou par sujets, ce qui leur paraît digne de figurer dans leur synthèse. Le résultat est étonnamment moderne, puisque leurs doubles pages comportent ce que nous appellerions aujourd’hui des « cellules » vides.

Résultat, même si les volumes ont la dimension d’un in-folio, la manipulation est aisée, et le repérage et la lecture d’une facilité désarmante.

Schnitzler_a

Par ailleurs, l’impression est très soignée, avec l’utilisation du gras et des majuscules pour les titres, et de caractères fortement encrés pour que le contenu de la page soit bien net.
Ce qui les amène, eux ou leur éditeur, à n’imprimer les feuillets que d’un seul côté, afin qu’aucun caractère ne soit visible depuis la page précédente. Chaque tableau synoptique est donc composé sur deux pages placées en vis-à-vis, et suivi de deux pages blanches (leur verso), et ainsi de suite. Le coût de revient de l’ouvrage dût s’en ressentir, mais le résultat est d’une qualité remarquable, d’autant plus que le papier ayant servi à l’impression n’avait pas été choisi non plus à l’économie.

Les planches qui figurent dans chaque volume sont imprimées de la même manière, uniquement au recto, et également bien encrée, à l’exception de celles du tome I, un peu plus claires. Malheureusement, elles ne sont pas signées, et la provenance de ce qu’elles reproduisent n’est pas indiquée.

Schnitzler_d

Quant aux cartes, là aussi imprimées uniquement au recto, elles sont toutes en (plusieurs) couleurs, ce qui leur donne une lisibilité exceptionnelle.

Schnitzler_c

_ _ _ _ _ _ _ _ _

02879_2SCHNITZLER Jean-Henri

Atlas historique et pittoresque, ou Histoire Universelle disposée en tableaux synoptiques embrassant à la fois les faits politiques, religieux, littéraires et artistiques, et illustrée de cartes et de planches. 3/3

Strasbourg, Simon, 1860. Trois volumes 37 x 31 cms.

Tome I (Antiquité) : XX pages d’introduction, 32 pages de répertoire, tableaux synoptiques 1 à 40, planches I à XVI, 5 cartes en couleurs.
Tome II (Histoire moderne : Moyen-Âge) : Introduction particulière, tableaux synoptiques 41 à 105, planches XVII à XXXII, 3 cartes en couleurs.
Tome 3 (Temps modernes) : Introduction particulière, tableaux synoptiques 106 à 163, planches XXXIII à XLIX, 9 cartes en couleurs.

Demi reliure, dos lisse. Reliure bien frottée avec manques, en particulier au tome III.
Intérieur très frais, malgré quelques très rares rousseurs sur quelques pages.

150 € + port (6 kgs)

_ _ _ _ _ _ _ _ _

Également disponible, le tome II seul :

02879_1SCHNITZLER J.-H.

Atlas historique et pittoresque, ou Histoire Universelle disposée en tableaux synoptiques embrassant à la fois les faits politiques, religieux, littéraires et artistiques.

Strasbourg, Simon, 1861. Un volume 37 x 30 cms

TOME II : Moyen-Âge. 63 tableaux double page (n° 42 à 105) couvrant les années 477 à 1453.
Demi reliure, dos à 5 nerfs. Reliure frottée, intérieur en très bon état.

40 € + port

Cette entrée a été publiée dans Histoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s