Déconstruction des mots historiques

fournierportrait

  • Sicambre était-il fier ou doux ?
  • Henri IV a-t-il vraiment dit : Paris vaut bien une messe, et Louis XIV : J’ai failli attendre ?
  • Léonard de Vinci a-t-il réellement expiré à Fontainebleau dans les bras de François Ier ? Est-ce bien ce dernier qui a écrit sur une vitre : Souvent femme varie ; Bien fol qui s’y fie ?
  • Au roi de Prusse, qui considérait que les philosophes abattent la forêt des préjugés, la réponse attribuée à Madame Du Deffand : Ah ! voilà donc pourquoi ils nous débitent tant de fagots, est-elle authentique ?
  • Qui a dit, bien avant Proudhon : La propriété, c’est le vol ?

Graves questions que tente de résoudre Édouard Fournier [1819-1880] dans son ouvrage L’Esprit dans l’histoire, recherches et curiosités sur les mots historiques.

Auteur d’études historiques et littéraires, feuilletoniste, il rencontre moins de succès au théâtre. En 1855 il publie L’Esprit des autres, chasse aux poncifs déguisés en citations, en fait chasse aux idées reçues.

Deux ans plus tard, il récidive, en se cantonnant cette fois aux mots « historiques ».

  • « Je veux tâcher de rendre à chacun ce qui lui appartient, et surtout de lui enlever ce qui ne lui appartient pas ; car je le prévois d’avance, j’aurai plutôt à dépouiller le mensonge qu’à enrichir la vérité. »

Il se limite à l’histoire de France, mais esquisse au chapitre I ce qu’aurait pu être un tel travail sur toute l’histoire, en particulier l’histoire ancienne.

  • « Une bonne partie des mots qui font l’esprit de l’histoire de France est dérobée à l’esprit des Anciens. On a donné de la phrase une version tant soit peu rajeunie, on a déplacé la scène, changé les personnages, et le tour a été joué ; et cela non pas une mais vingt fois au moins. Nos historiens n’ont pas même eu le mérite d’inventer l’esprit qu’ils prêtaient à leurs héros ; ils l’ont pris tout fait dans quelque livre de langue morte, pour le faire courir à travers l’histoire vivante de leur temps. »

Par exemple, un soit-disant bon mot de Henri IV, volé tout simplement à l’empereur romain Auguste, avec, pour faire authentique, l’addition de : « Ventre Saint Gris. »

Mais s’il déconstruit certains bons mots, Édouard Fournier n’hésite pas à rendre à César ce qui est à César.

Et à tout seigneur, tout honneur : Oui, Cambronne a vraiment résumé en un seul mot la phrase La garde meurt et ne se rend pas, qui lui est également attribuée. « Une fois Cambronne, pressé par une dame charmante de lui dire le fameux mot, tâcha de s’exécuter: « Ma foi ! Madame, je ne sais pas au juste ce que j’ai dit à l’officier anglais qui me criait de me rendre; mais ce qui est certain, c’est qu’il comprenait le français, et qu’il m’a répondu : mange. »

De même, la célèbre parole : Messieurs les Anglais, tirez les premiers a bien été prononcée par le comte d’Auteroches lors de la bataille de Fontenoy.

Fournier se montre parfois indulgent. Beaucoup de bons mots ont ainsi été attribués à Talleyrand : « Si le mot en valait la peine, il laissait dire et ne reniait pas la paternité. C’est ainsi qu’aux Cent Jours il apprit, par un compliment de M. de Vitrolle, que le mot : C’est le commencement de la fin, mot de situation s’il en fut jamais, était de lui, Talleyrand. Il l’avait trouvé fort juste ; il l’endossa donc très volontiers. »

Cerise sur le gâteau : un fort pratique index des personnages et des expressions clôt l’ouvrage.

_ _ _ _ _ _ _

02302FOURNIER Édouard

L’Esprit dans l’histoire, recherches et curiosités sur les mots historiques. Édition Originale.    

Paris, Dentu, 1857. Édition Originale. Un volume broché 16 x 11 cms. 284 pages.

Volume débroché auquel manque le dos de la couverture. Traces de mouillure très claire aux premiers et derniers cahiers (la Table surtout), sinon très bon état intérieur.

30 € + port

Cette entrée a été publiée dans Histoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s