La Turquie et la Russie à l’époque de la guerre de Crimée

En mars 1854, la France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à la Russie.

Le conflit couvait depuis quelques années déjà. Profitant de l’affaiblissement de l’empire Ottoman, la Russie poussait ses pions vers les mers chaudes en occupant la Moldavie et la Valachie, et souhaitait prendre le contrôle du détroit des Dardanelles. Ce que les puissances occidentales ne pouvaient tolérer.

La même année, Félix Mornand, chroniqueur à L’Illustration et rédacteur en chef du Courrier de Paris, fait paraitre un volume intitulé Tableau historique, politique et pittoresque de la Turquie et de la Russie.

C’est un ouvrage en trois parties.

La première offre un historique détaillé des relations entre Russie et Turquie. Avec un point de vue favorable à notre allié turc. Il est vrai que le souvenir de la retraite de Russie était encore présent dans les mémoires…

Les deuxième et troisième partie sont une remarquable description de l’organisation politico-administrative, des mœurs, des coutumes, des provinces, des principales villes, d’abord de l’empire Ottoman (qui inclut encore la Palestine, l’Égypte, les actuelles Roumanie, Bulgarie, Albanie ainsi que l’ex-Yougoslavie), puis de l’Empire russe (qui englobe à cette époque la Finlande, laquelle sera un théâtre secondaire de la guerre).

Le tout est abondamment illustré de très fines gravures, dans la veine des plus grandes années de L’Illustration.

Le volume s’arrête à la déclaration de guerre :
« Nous touchons probablement à l’une de ces crises qu’il faut traverser avant de s’asseoir pour quelques temps dans une tranquillité féconde. La France eût préféré sans doute que l’orage n’éclatât pas ; mais la génération actuelle ne reculera pas devant la part d’épreuves, de dangers, de souffrances que la Providence lui impose dans l’intérêt de l’avenir. Nous défendons la civilisation et la liberté menacées par l’absolutisme et la barbarie ; le triomphe nous est assuré. »

La guerre durera cependant trois ans.

_ _ _ _ _ _ _

Tableau de la Turquie et de la RussieJOUBERT, MORNAND

Tableau historique, politique et pittoresque de la Turquie et de la Russie

Paris, Paulin et Le Chevalier, 1854.

Un volume 37 x 27 cms. 176 pages. Texte sur 3 colonnes. 162 illustrations in-texte. Planches hors-texte. Une carte en couleurs.
Demi reliure. Dos à 5 nerfs. Dos et haut du premier plat insolés. Petits manques aux bords. Intérieur en très bon état. Tampon de colportage.

200 €

_ _ _ _ _ _ _

Sur le même sujet :

ROY J.-J.-E.

Histoire du siège de Sébastopol, précédée d’une notice historique sur la Crimée et sur les causes et les principaux événements de la guerre d’Orient

Tours, Mame, 1856. Un volume 22 x 14 cms. 235 pages. Une gravure sous serpente en frontispice représentant la prise d’assaut de la tour Malakoff.
Reliure romantique bleu et or. Tranches dorées. Très bon état.

50 €

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s