Vie et mort du calendrier révolutionnaire

Le calendrier révolutionnaire

Le calendrier révolutionnaire est un calendrier rétroactif : il est proclamé par la Convention Nationale le 5 octobre 1793 (14 vendémaire an II), mais est réputé avoir débuté le 22 septembre 1792 (1er vendémiaire an I), jour de la proclamation de la République.

Il comprend :

  • douze mois de trente jours, divisés en trois décades
  • 5 jours complémentaires après le 12e mois, appelés d’abord Sansculotides, puis Jours complémentaires
  • un jour intercalaire tous les 4 ans, appelé Jour de la Révolution
  • le jour de minuit à minuit, est divisé en 10 parties, chaque partie en 10 autres, etc. [Cette division du temps ne sera jamais appliquée]

Les noms des mois et des jours sont fixés par un décret du 4 Frimaire an II (24 novembre 1793), sur proposition de Fabre d’Églantine, de David et d’André Chénier :

  • Jours : de Primidi à Décadi
  • Mois:
    • Automne : Vendémiaire, Brumaire, Frimaire
    • Hiver : Nivôse, Pluviôse, Ventôse
    • Printemps : Germinal, Floréal, Prairial
    • Été : Messidor, Thermidor, Fructidor

Les noms des Saints chrétiens sont remplacés par celui des « objets qui composent la véritable richesse nationale, les dignes objets, sinon de son culte, au moins de sa culture ; les utiles productions de la terre, les instruments dont nous nous servons pour la cultiver, et les animaux domestiques, nos fidèles serviteurs dans ces travaux, animaux bien plus précieux, sans doute, aux yeux de la raison, que les squelettes béatifiés, tirés des catacombes de Rome. »

C’est le calendrier rural, dont se gausseront plus tard les artisans du rétablissement du calendrier grégorien, « vieux style », disait-on pendant la Révolution.

Le retour au calendrier grégorien

Regnaud de Saint-Jean d’Angély et Mounier sont chargés en l’an XIII (1805) de justifier l’abandon du calendrier révolutionnaire.

Après avoir établi un parallèle entre le système métrique et le calendrier, ils notent la « résistance » qu’a rencontré ce dernier.
Ils jugent favorablement la notion de décade, plus rationnelle que la semaine de 7 jours : elle permet une « correspondance constante entre le quantième du mois et celui de la décade, la longueur uniforme des mois, des saisons commençant avec le mois, des terminaisons symétriques permettant d’apercevoir à quelle saison chaque mois appartient. »
Mais ils font remarquer qu’elle a déjà été remplacée par la semaine (en Floréal an X – Avril 1802), et que de ce fait le calendrier révolutionnaire est devenu bancal.

Ils mettent en avant un inconvénient technique, la règle des sextiles, dépendants du cours du soleil, posant problème quand l’équinoxe arrive près de minuit. Cet inconvénient est cependant susceptible d’être corrigé facilement.

Mais le calendrier révolutionnaire, que l’on condamne ainsi sous un faux prétexte astronomique,  était surtout entaché d’un horrible péché originel,  : « Un défaut plus important est dans l’époque assignée pour le commencement de l’année. On aurait dû, pour contrarier moins nos habitudes et les usages reçus, le fixer au solstice d’hiver, ou bien à l’équinoxe de printemps, c’est-à-dire au passage du soleil par le point d’où tous les astronomes de tous les temps et de tous les pays ont compté les mouvements célestes.
On a préféré l’équinoxe d’automne pour éterniser le souvenir d’un changement qui a inquiété toute l’Europe [l’abolition de la royauté et la proclamation de la République] ; qui, loin d’avoir l’assentiment de tous les Français, a signalé nos discordes civiles. Il n’en fallait pas davantage pour faire rejeter éternellement ce calendrier par toutes les nations rivales, et même par une partie de la nation française. »

Le calendrier grégorien est rétabli par Napoléon, Empereur des Français, à compter du 1er janvier 1806, malgré tous ses inconvénients, pour une seule raison : « l’universalité ».

Deux poids, deux mesures : on maintient le système métrique en œuvrant pour le rendre universel, on supprime le calendrier révolutionnaire parce qu’il ne l’est pas.

Mais un calendrier établi pour des raison idéologiques, ne pouvait être supprimé que pour les mêmes raisons.

Le Manuel pour la concordance des calendriers républicain et grégorien

« On trouvera réunis dans ce volume les calendriers exacts dans les deux styles, mois républicains et grégoriens, noms des jours décadaires et hebdomadaires ; saints, fêtes ; exacte indication du nombre de dimanches entre les différentes fêtes mobiles ; jours de la lune ; divisions et manières de compter adoptées de temps immémorial dans les calendriers ecclésiastiques, et enfin la concordance avec le calendrier julien, que suivent encore les Chrétiens de la communion grecque. Le calendrier rural a même été admis dans ce volume, non pas comme pièce qu’on soit jamais dans le cas de beaucoup consulter, mais comme l’un des documents historiques relatifs à l’ère républicaine. »

Ce billet a été écrit le 25 Brumaire, an 221 de la République

Un logiciel de conversion de dates du calendrier grégorien vers le calendrier républicain se trouve ici

_ _ _ _ _ _ _

Manuel pour la concordance des calendriers républicain et grégorien, ou Recueil complet de tous les Annuaires depuis la première année républicaine, seconde édition dans laquelle les Tables de concordance sont portées jusqu’à l’an XXX-1822

Paris, Antoine-Augustin Renouard, 1806.

Un volume 17 x 11 cms. XII-212-[XII] pages.
Demi reliure, dos à cinq nerfs, caissons ornés.
Quelques traces de mouillure éparses au premier cahier, sinon très bon état.
Contient aussi  les Décrets relatifs à l’établissement de l’ère républicaine ; Le Senatus-Consulte sur le rétablissement du calendrier grégorien.

75 €

2 commentaires sur “Vie et mort du calendrier révolutionnaire

  1. Anonyme dit :

    Comment fait-on pour l acheter merci et bonne journee

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s