La Satire XII de Boileau sur l’Équivoque

Boileau - Satire XIIPourquoi, en 1705, Boileau reprend-il la plume pour composer sa Satire XII sur l’Équivoque, qui sera interdite par Louis XIV et publiée seulement après sa mort ?

Parce que les Jésuites l’énervent.

Leur controverse avec les Jansénistes, qui dure depuis une soixantaine d’années et porte sur de multiples points de doctrine – dont certains, aujourd’hui, nous paraissent bien abscons – vient d’atteindre un nouveau pic.

En 1690, ainsi que le raconte Madame de Sévigné, Boileau attaque un livre de Francesco Amico (Amicus) soutenant qu’un Chrétien n’est pas obligé d’aimer Dieu pour obtenir sa Grâce. Il en fait le sujet de son Épitre XII sur l’amour de Dieu, parue en 1695, dans laquelle il défend les idées développées par Pascal dans les Provinciales.

Confesseurs insensés, ignorants séducteurs,
Qui, pleins des vains propos que l’erreur vous débite
Vous figurez qu’en vous un pouvoir sans limite
Justifie à coup sûr tout pécheur alarmé,
Et que sans aimer Dieu l’on peut en être aimé.

Les Jésuites avaient peu apprécié, et se mirent à attaquer Boileau dans le Journal de Trévoux.

Longtemps silencieux, Boileau met plusieurs années avant de se décider à répondre, tout en élargissant le débat, en le portant sur la notion plus générale de l’Équivoque.

Le thème n’est pas nouveau sous sa plume, mais il n’avait été qu’esquissé dans sa première Satire, composée presque 50 ans auparavant :

Ce qui fut blanc au fond rendu noir par les formes

Boileau - Satire XIIL’Équivoque, dont on ne sait d’ailleurs s’il s’agit d’un mot masculin ou féminin (c’est l’objet des tous premiers vers de cette Satire XII), a une sœur, l’ignorance, et deux filles, l’hérésie et l’idolâtrie.

Elle se trouve être la source des malheurs du monde :

Le vrai passa pour faux et le bon droit eut tort

Surtout quand elle conduit à des guerres de religion :

Car quel Lion, quel Tigre, égale en cruauté
Une injuste fureur qu’arme la piété ?

Texte moral, la Satire XII est aussi un texte de combat :

J’entends déjà d’ici tes Docteurs frénétiques
Hautement me compter au rang des hérétiques

qui se conclut par une interpellation directe à l’Équivoque :

Ou si plus sûrement tu veux gagner ta cause,
Porte-la dans Trévoux à ce beau Tribunal,
Où de nouveaux Mydas un Sénat monacal,
Tous les mois, appuyé de ta sœur l’Ignorance,
Pour juger Apollon, tient, dit-on, sa séance.

Louis XIV considérait les Jansénistes comme une « secte républicaine ». Il n’eut donc pas à se forcer beaucoup pour prononcer l’interdiction de la Satire XII, que lui recommandait son confesseur, le Père Jésuite Le Tellier.

Cette pièce ne parut « officiellement » qu’en 1716, quatre ans après la mort de Boileau, et surtout un an après celle de Louis XIV.

Mais auparavant quelques éditions plus ou moins clandestines avaient commencé à circuler depuis 1711.

Notre édition date de 1713, mais ne porte ni mention d’éditeur, ni mention de lieu, uniquement la date. Elle correspond à la rubrique n° 78 de la Bibliographie générale des œuvres de Nicolas Boileau-Despréaux et de Gilles et Jacques Boileau, publiée par Émile Magne chez Giraud-Badin en 1929.

On pourrait la considérer comme une impression hollandaise, si l’on admet la règle énoncée par Émile Magne, qui fait remarquer que les éditions parisiennes ne comportaient que des textes de Boileau, tandis que les hollandaises incluaient d’autres textes.

Ce qui est le cas de notre exemplaire qui, outre un Avertissement du Libraire, la Préface de Boileau à sa Satire, une Épitaphe d’Antoine Arnauld, trois Épigrammes et une Lettre à Racine du même, comprend une Épigramme à l’honneur de Monsieur Arnauld par Monsieur Racine, une Ballade sur Escobar par Monsieur de La Fontaine, et une Apothéose de Boileau non signée.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Boileau - Satire XIIBOILEAU

Satire XII de Monsieur Boileau Despreaux sur l’Équivoque, suivie de quelques autres Pièces curieuses

Sans lieu, 1713.
Un volume 16 x 10 cms. 35 pages.

Reliure XIXe signée A. Durand plein veau raciné, dos lisse orné. Triple encadrement de filets or sur les plats. Tranches rouges. Ex-libris. Minuscule manque de cuir au dernier plat.

250 €

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s