Du retournement des feuilles

Charles Bonnet - Crédit : Europeana - Wellcome Libray, London« Je suis par dessus tout la méthode de l’Observateur, que je regarde à bon droit comme la plus sûre ».

Telle est la règle que s’est fixé Charles Bonnet (1720-1793), naturaliste suisse qui, après avoir étudié les insectes, a dû, à cause de la faiblesse de ses yeux, se tourner vers l’étude des plantes.

« Par l’importance de ses découvertes, par la hardiesse de son imagination, par son ouverture d’esprit qui le rendait accueillant à toute nouveauté, par le profond sentiment qu’il avait de son ignorance en face des complexités de la nature vivante, Charles Bonnet mérite d’être compté parmi les fondateurs de la biologie moderne » déclare Jean Rostand dans une conférence prononcée en 1966.

Ses Recherches sur l’usage des feuilles dans les plantes sont une parfaite illustration de sa méthode. C’est un traité qui permet aussi d’observer l’observateur. Chaque expérience est très précisément décrite : protocole, expérimentation, résultat obtenu, et comporte une explication détaillée des planches qui l’accompagnent.

« Le premier Mémoire a pour objet la nutrition des Plantes par leurs feuilles. J’y produis un grand nombre d’expériences curieuses qui démontrent que les feuilles sont des espèces de racines aériennes, qui pompent l’humidité et les exhalations répandues dans l’air. On avait dit cela avant moi ; mais on ne l’avait pas établi sur des preuves assez solides : on avait plus conjecturé qu’expérimenté.
Recherches sur l'usage des feuilles dans les plantesLa direction et le retournement admirables des feuilles font la matière du second Mémoire. J’y rapporte en détail les nombreuses expériences auxquelles j’ai dû ces vérités intéressantes, et celles qui m’ont prouvé que ce mouvement en apparence spontané, s’exécute dans l’eau comme dans l’air, et sur des feuilles détachées de leur sujet, comme sur celles qui lui demeurent unies.
Dans le troisième Mémoire, je m’occupe de la cause finale de la distribution régulière des feuilles autour des tiges et des branches, et je prouve que cet arrangement symétrique tend à assurer aux feuilles le plein exercice de leurs principales fonctions.
Dans le quatrième Mémoire, je parcours diverses singularités plus ou moins frappantes que nous offrent les parties extérieures des plantes.
Dans le cinquième Mémoire, je décide de la question si agitée de la route par laquelle la sève s’élève dans le corps de la plante, et je recherche la cause de ce que les jardiniers ont nommé l’étiolement. »

Une expérience

Bonnet - Usage des feuilles - Planche VISecond Mémoire. Chapitre XXXIV. Du retournement des tiges & des branches. Observations de Dodart. Expérience de l’Auteur pour démontrer le repliement des tiges. Que le Gui fait une exception remarquable à la loi du redressement des tiges.

« Les feuilles ne sont pas les seules parties de la plantes exposées à nos yeux, où l’on observe le mouvement singulier dont nous parlons. La tige et les branches y participent aussi plus ou moins, à proportion de leur souplesse. De jeunes tiges inclinées vers la terre, se redressent peu à peu, et regagnent la perpendiculaire. Dans celles qui n’ont de libre que l’extrémité, c’est cette extrémité qui se redresse.

M. Dodart est encore le premier qui ait observé ce fait. Des pins, qu’un orage avait abattus sur le penchant d’une colline, attirèrent l’attention de cet habile Physicien. Il remarqua avec surprise que toutes les sommités des branches s’étaient repliées sur elles-mêmes pour regagner la perpendiculaire, en sorte que ces sommités formaient avec la partie inclinée, un angle plus ou moins ouvert, suivant que le sol était plus ou moins oblique à l’horizon.

Le 8 octobre, j’ai incliné perpendiculairement en embas un pied de mercuriale, après l’avoir dépouillé d’une partie de ses feuilles [Pl. VI. Fig. 2]. Je l’ai retenu fixé de cette façon par un fil [l] attaché à peu près vers le milieu de la longueur de la tige. Dans cette position, les feuilles [f, f,] présentaient leur surface inférieure [i, i,] au ciel. Le thermomètre de M. de Réaumur était alors à 11 degrés.

Bonnet - Usage des feuilles - Planche VIIAu bout de deux jours, l’extrémité supérieure [Pl. VII, S] de la plante s’était redressée ; la direction était à peu près perpendiculaire à l’horizon. Les feuilles [f, f,] avaient leur surface supérieure [s, s,] tournée vers le ciel. On observait que la principale inflexion de la tige s’était faite dans un des nœuds [n] ; et c’est une observation que j’ai eu depuis bien des occasions de répéter.

Le gui fait une exception très remarquable à la loi qui veut que toute plante inclinée se redresse. »

Ce n’est pas innocemment que Bonnet cite le gui. « Le naturaliste philosophe doit surtout insister sur les exceptions aux règles qu’on estime générales. Rien n’est plus propre à former le jugement et à le prémunir contre les conclusions précipitées qui sont l’écueil le plus dangereux de la physique. », écrira-t-il. Plus tard, Flaubert ira encore plus loin, en recherchant, pour Bouvard et Pécuchet, une exception à l’exception…

Humble devant les faits, reconnaissant ce qui est dû aux savants qui l’ont précédé, Bonnet est un véritable savant des Lumières : Il constate mais ne conclut pas.

« Combien le vrai philosophe est-il intéressé à se pénétrer de plus en plus du sentiment de son ignorance ! Tout l’orgueil philosophique ne devrait-il pas s’anéantir à la présence d’un de ces atomes vivants ? Ô que nous sommes petits, ignorants, vains !. » Charles Bonnet, Lettre à Saussure, 1772.

– – – – – – – – – – – – – – – –

Bonnet - De l'usage des feuilles.

Bonnet - De l'usage des PlantesBONNET Charles

Recherches sur l’usage des feuilles dans les plantes, et sur quelques autres sujets relatifs à l’Histoire de la Végétation.

Neufchatel, Samuel Fauche, 1779, tome IV des Oeuvres Complètes (complet en soi).
Un volume 22 x 14 cms. [VI]-464 pages non rognées.
31 gravures dépliantes en fin de volume.
Cartonnage éditeur, dos lisse. Tampon ancien sur la page de titre, ex-libris au verso du premier plat.
Cartonnage un peu frotté, excellent état du texte et des gravures.

250 € + port

Cette entrée a été publiée dans Science.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s