Le libraire idéal – L’idéal du libraire

Mais avant de parler des livres, évoquons le libraire idéal :

Libraire ambulant dans l'ancienne Grèce

 » Le libraire commerçant doit être laborieux, honnête, très économe, actif, entreprenant par degrés, curieux dans ses entreprises, exact dans ses engagements, et ami des savants qu’il doit consulter et beaucoup fréquenter. […]

Libraire romain


La connaissance du mérite et de la rareté des livres exige un si grand travail que la vie de l’homme ne peut suffire pour posséder parfaitement toutes les différentes parties que cette science renferme. […] Dans cette science, comme dans toutes les autres, on acquiert chaque jour de nouvelles connaissances. Les recherches bibliographiques sont si longues et si épineuses qu’un libraire vraiment instruit doit mériter certainement une grande considération. […]

Libraire-voyageur au 16e siècleLe libraire doit aimer la lecture, dont il faut qu’il sache tirer parti ; il doit beaucoup exercer sa mémoire ; connaître les titres des livres, leurs dates, leurs différentes éditions ; savoir distinguer les originales d’avec les contrefaites ; prendre une idée sommaire de chaque ouvrage, soit par la lecture de la préface, de la table des chapitres, ou même d’une partie du livre, pour pouvoir placer différents ouvrages à la classe qui leur convient lorsqu’il aura des catalogues à disposer ; savoir de plus les anecdotes qui donnent un degré de rareté à plusieurs livres ; posséder à fond le système bibliographique le plus universellement reçu. […]

Chez le bouquinisteToutes ces connaissances, quoiqu’assez étendues, ne suffisent pas encore à ce libraire : il faut, de plus, qu’il soit honnête, sociable et de bonne conversation ; qu’il ne cherche point à tromper en vendant un livre pour un autre, une mauvaise édition pour une bonne ; qu’il fréquente les savants, les curieux de livres ; qu’il ait le talent d’étudier le goût du public, de s’y conformer, de lui faire connaître le livres qui peuvent lui convenir, de lui faire désirer les bonnes éditions, quand même elles seraient rares, et de lui faire naître enfin l’envie de se former une bibliothèque précieuse, en commençant par une partie, et l’amenant insensiblement à une autre.

Librairie moderne

Voilà à peu près les connaissances nécessaires aux librairies bibliographes, qui doivent y joindre l’ambition d’une réputation distinguée et bien méritée. »

Gabriel Peignot. Dictionnaire raisonné de Bibliologie. Paris, Renouard, An X – 1802

Cette entrée a été publiée dans Librairie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s